Salon du Livre et de la Presse Jeunesse, j’y étais !

2015-slpj-montreuil

Le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse (SLPJ) s’est tenu du       2 au 7 décembre 2015 à Montreuil en Seine-Saint-Denis. Je ne pouvais pas rater ça ! C’était la première fois que je m’y rendais. Et bien évidemment, j’y suis allée avec mon fils. J’essaie de lui inculquer le goût de la lecture et je pense que j’y parviens. Il adore aller à la médiathèque de notre ville, il se réjouit lorsque je lui achète un nouveau livre, il en a même choisi un lui-même au salon et il a bien choisi d’ailleurs car le livre est très drôle. Une petite anecdote : un jour mon fils discutait avec un copain de je ne sais plus trop quoi. Son copain lui a demandé « comment tu sais ? » et mon fils a répondu « je le sais parce que ma maman elle m’achète beaucoup de livres ». J’étais très contente d’entendre sa réponse. Donc revenons au Salon du Livre Jeunesse… Un espace immeeeense ! Le paradis ! Si j’avais pu j’y serai restée plus longtemps voire toute la journée car je pense qu’il faut bien ça pour parcourir les deux niveaux et prendre son temps à feuilleter les livres. L’année prochaine je m’organiserai mieux. J’y suis bien évidemment allée dans le but d’y trouver des livres à partager avec vous sur mon blog. Quelle ne fut pas ma déception au départ. Un stand. Deux stands. Au moins 6 stands et toujours pas de livres avec des personnages noirs. Je n’ai pas eu le temps « d’étudier » de près le plan du salon, du coup je n’ai pas ciblé mes recherches et donc je m’attardais çà et là au gré des stands qui se présentaient sur mon chemin. Je pense qu’au départ j’étais à un endroit où il y avait plutôt des éditeurs indépendants. En tous les cas, c’était des petits stands et des éditeurs que je ne connais pas. Après un certain nombre de stands, j’ai commencé à trouver mon bonheur : 

Lili et Koko. Une balade en vélo

Une petite balade en velo

« Lili et Koko, Une balade en vélo ». Je suis désolée pour le stand où j’ai acheté ce livre car je ne m’en rappelle plus. C’est le premier livre que j’ai acheté en arrivant au salon et au départ  j’étais un peu perdue et je n’avais pas le plan. En tous les cas, j’ai sauté dessus en imaginant ne pas trouver tant de livres que ça pour mon blog. La dame me l’a gentiment vendu à 0,80€ au lieu des 1€ qu’elle en demandait car je n’avais pas encore de monnaie. Alors si cette dame passe un jour sur mon blog, je la remercie à nouveau !

Les beignets de ma mère

410Q3Sj7AZL._SX360_BO1,204,203,200_

« Les beignets de ma mère ». Le deuxième livre que j’ai trouvé. Celui-ci je l’ai trouvé aux éditions Kilowatt. Il m’a attiré bien évidemment grâce aux deux petits garçons noirs en couverture mais aussi grâce à son titre que j’ai trouvé très évocateur d’amour et de nostalgie, ce qui pour moi promettait une belle histoire. Et lorsque j’ai lu le second titre « 1955, la ségrégation aux Etats-Unis », j’ai été encore plus intriguée car l’esclavage, le racisme, la ségrégation ne sont pas des thèmes que l’on retrouve souvent dans les livres pour enfant. J’ai été charmée par l’intérieur du livre. Des images très douces pour parler d’un thème très dur. Les illustrations sont magnifiques et à aucun moment on ne voit des images trop dures pour être montrées à un enfant, en tous les cas de ce que j’ai vu car je ne l’ai pas encore lu. J’ai d’ailleurs hâte de le lire ! Je viens d’aller faire un tour sur le site de Kilowatt et de ce que j’ai vu rapidement j’ai l’impression que c’est une maison d’éditons dans laquelle il est possible de trouver un certain nombre de livres avec des personnages noirs. Sur leur page d’accueil, il y en avait déjà trois. Alors à suivre… Les éditeurs chez qui je trouve un grand nombre de livres mettant en scène des personnages noirs fera d’ailleurs l’objet d’une page sur mon blog.

Max et Rachid

plat-1

Chez ce même éditeur, j’ai aussi trouvé « Max et Rachid ». C’est le genre de livre que j’achète sans même réfléchir ! Sans ouvrir le livre, sans même lire l’histoire car le simple fait qu’il y ait un petit garçon qui s’appelle Rachid  donne directement à ce livre son ticket d’entrée pour mon blog. Donc je ne sais pas de quoi parle le livre, mais il m’a plu. Rachid n’est pas noir mais il est issu de ce qu’on appelle en France « les minorités » donc je suis sûre que les petits Rachid de France aimeraient également se reconnaître plus souvent dans les livres.

Iris sans souci

_wsb_273x250_2013+COUV+iris-sans-souci

Ensuite, quel ne fut pas mon bonheur de tomber sur un stand entièrement dédié à la littérature de l’île de la Réunion. Le stand s’appelait la Réunion des Livres et offrait une multitude de livres dont les auteurs et/ou éditeurs sont originaires de l’île de la Réunion. Ici j’avais donc beaucoup de choix, je me suis donc attardée sur ce stand un peu plus longtemps (trop longtemps au goût de mon fils qui a finalement eu envie de faire pipi mais qui ensuite s’est confortablement installé par terre pour feuilleter un livre qu’il avait trouvé intéressant ^^). J’ai feuilleté beaucoup de livres afin de trouver mon bonheur. Mon bonheur, quel est-il quand je recherche un livre ? Un livre pour enfant donc, avec un/des personnage(s) noir(s) en priorité mais aussi des personnages métissées ou originaires de pays étrangers tels que l’Inde, les îles telles que Mayotte, Madagascar mais aussi d’Asie ou du Maghreb.  Un livre avec de belles images, une belle histoire ou un thème important tel que l’esclavage ou les grands noms des hommes et femmes noir(e)s. Je n’aime pas trop les histoires de sorcellerie, de diable, de délinquance or malheureusement ce sont des thèmes que l’on retrouve souvent dans la littérature jeunesse africaine et caribéenne. J’ai donc fait le tri et mon choix s’est arrêté sur deux livres. « Iris sans souci » et « Les rois de la sape ». Pour « Iris sans souci » j’ai tout de suite aimé la couverture. Cette femme noire, ronde, en tongue et en robe d’un tissu qui me rappelle beaucoup le madras antillais et avec ses kaka kabrit sur la tête (« caca de chèvre » en créole est l’appellation que l’on donne à une coiffure très connue des femmes noires. Cette coiffure consiste à faire des torsades/vanilles avec une mèche de cheveux puis de l’enrouler sur elle-même jusqu’à ce qu’elle forme un petit chou) m’a rappelé les mamans antillaises du pays. Et cet air joyeux qu’elle affiche ne pouvait laisser place qu’à une jolie histoire. A découvrir…

Les rois de la sape

Les rois de la sape

Mon attention a également tout de suite été attirée par ce livre !! « Les rois de la sape ». Rien que le tire ! Ticket d’entrée immédiat pour mon blog ! Lorsque je regarde le personnage sur la couverture je m’imagine déjà sa démarche ! Comme on dit chez moi « sa ki sav, sav » (« ceux qui savent, savent » ce qui en gros signifie « on se comprend »). Je l’ai feuillé rapidement. J’aime beaucoup les illustrations. Des couleurs vives, des illustrations qui recouvrent toute la page. Et il me semble avoir vu des petits bonus à la fin du livre. A découvrir avec hâte!

2 amies pour la vie. Un mensonge gros comme ça

2 amies pour la vieEn flânant dans les allées du niveau 0, je suis ensuite tombée sur le stand Flammarion et plus précisément la collection Père Castor. Et je suis tombée sur « 2 amies pour la vie. Un mensonge gros comme ça ». Une jeune fille noire en fond sur la couverture ? Mon oeil aguerri ne l’a pas ratée ! J’ouvre donc… Et là… agréable surprise. La jeune fille est peut-être en fond d’écran sur la couverture mais elle n’en est pas moins l’un des personnages principaux. Car dans ce livre les deux jeunes filles sont toutes deux les personnages principaux, autant représentées l’une que l’autre. Encore une fois j’adore les illustrations. La jeune fille noire est, pour le coup, pas qu’un peu noire et au vu de sa coiffure on peut deviner qu’elle porte ses cheveux naturels. Ces deux détails ne pouvaient pas me faire plus plaisir. En feuilletant j’ai même aperçu deux ou trois autres détails qui ne m’ont pas laissée indifférente : L’environnement familial de chacune. Etonnamment, la famille de la jeune fille noire n’est pas une famille nombreuse dans une situation précaire. Bien au contraire ! Elle est fille de diplomates africains il me semble et ils vivent dans un grand appartement en étage. La jeune fille blanche vit avec sa mère qui est la concierge de l’immeuble. Elles vivent à deux dans un deux pièces au rez-de-chaussée. Ne l’ayant pas encore lu, je ne sais pas à quoi est due l’absence du père. Très bonne image donc qui est donnée à cette famille africaine. Ca fait du bien, c’est tellement rare… Les illustrations ici aussi sont de couleurs vives. J’aime beaucoup le coup de crayon de l’illustrateur. Les jeunes filles ont un côté fraîcheur qui donne le sourire quand on tourne les pages. De plus, leurs histoires se déclinent (déclineront) en plusieurs tomes ce qui est très plaisant si l’on a envie de suivre leurs aventures.

Pendant que maman fait la sieste

Pendant que maman fait la sieste

Toujours chez Flammarion, « Pendant que maman fait la sieste ». Un petit bout de chou noir, une maman blanche… L’oeil des Etoiles Noires a frappé ! Triple intérêt pour ce livre : le personnage noir, le sous-entendu du thème de l’adoption et le fait que ce soit un livre destiné aux tout petits. Les livres pour bébé sont des livres qui présentent souvent des animaux, des objets, etc Moins souvent des personnages et quand il y en a, ils sont rarement noirs. Si on lit ce livre à un enfant plus grand, en âge de poser des questions, l’enfant demandera sûrement pourquoi le bébé est marron (comme dit mon fils) et la maman beige (toujours comme dit mon fils ♥), ce sera l’occasion d’aborder le sujet de l’adoption, des raisons qui poussent certaines personnes à adopter et d’autres sujets qui viendront certainement avec les questions de l’enfant. La diversité dans la littérature jeunesse c’est aussi ça. Aborder des thèmes qui expliquent aux enfants en quoi et pourquoi leur situation est différente de celle d’autres enfants.

Les trois grains de riz

Les trois grain de riz

Ma dernière trouvaille chez Flammarion (par manque de temps),         « Les trois grains de riz ». Par amitié pour mon amie de toujours Sylvia (qui se reconnaîtra) et parce que lorsque je le pourrai mon blog présentera aussi des livres avec des personnages d’horizons différents, j’ai sauté sur celui-ci ! La couverture est très belle, les illustrations encore une fois très attirantes (les illustrations sont évidemment TRES importantes lors de mes quêtes). Lorsque je suis tombée sur ce livre, j’ai souri : une petite asiatique associée à une histoire de grains de riz… comme c’est original ! Et je me suis dit que certainement mon amie penserait la même chose (tu me diras Sylvia^^). Quoiqu’il en soit ça n’a pas entravé mon envie de l’acheter. Là non plus, je n’ai même pas pris la peine le feuilleter : une petite asiatique dans un livre pour enfant a tout de suite son ticket d’entrée pour mon blog. Ma petite voisine vietnamienne de 4 ans serait sûrement ravie de découvrir ce livre !

Lily from New York

Lily from New YorkSur la fin de ma visite au salon, je suis passée devant le stand ABCMelody. Un éditeur indépendant créé à Sydney et aujourd’hui basé à Paris. Cette maison d’édition est spécialisée dans l’initiation précoce aux langues étrangères et dans les voyages. J’ai effectivement beaucoup aimé ce livre, d’abord pour cette petite new-yorkaise de 8 ans tout à fait charmante avec ses cheveux crépus qui a attiré mon attention et ensuite pour le côté éducatif. Le petit plus non négligeable pour un prix tout à fait abordable est le CD qui accompagne ce livre audio. J’ai rapidement ouvert le livre et j’ai vu que les textes étaient courts et faciles. Ce livre et plus généralement la maison d’édition m’ont beaucoup plu. J’ai enregistré leur site internet dans mes favoris pour y retourner faire un tour plus tard.

Au secours ! J’ai perdu mon slip !

Au secours ! J'ai perdu mon slip. Tarzan

Et pour finir, un livre qui n’est pas lié au sujet principal de mon blog mais étant donné qu’il s’agit tout de même d’un blog sur la littérature jeunesse et que ce livre a été le coup de coeur de mon fils, j’ai décidé d’en parler car il est effectivement très plaisant (car non, non, mon fils et moi n’avons pas que des livres avec des personnages noirs à la maison 🙂 Vous en doutiez ?). Alors, vous vous en serez peut-être douté mais ce qui a tout de suite plu à mon fils c’est le titre ! « Au secours ! J’ai perdu mon slip ! ». Puis nous l’avons feuilleté et les fesses roses de Tarzan ont fait le reste du travail. Avant de me décider à l’acheter et comme mon fils ne sait pas encore très bien lire, je l’ai lu rapidement pour m’assurer que l’histoire remplissait les promesses de fous rires qu’évoquaient le titre et les illustrations. Pari gagné ! Un livre très frais, des illustrations très réussies sous des faux airs de dessins d’enfants effectués au crayon à papier et un Tarzan à mourir de rire. Très loin du beau Tarzan musclé que l’on connaît tous. J’ai trouvé ce livre au stand Marmaille & Compagnie. J’ai été attirée par ce stand en raison des très belles couvertures de livre sur l’étalage. Puis la déception m’a vite envahie. Pas un seul livre avec un personnage noir… Quel dommage ! Les illustrations sont tellement belles que j’aurais vraiment aimé trouver un livre avec un personnage noir chez eux, car je suis sûre que je n’aurais pas été déçue du livre. J’ai bien remarqué Tarzan, c’est d’ailleurs à ce moment là que j’en ai parlé à mon fils, mais tellement déçue de ne rien trouver pour mon blog, j’ai tourné le dos au stand sans rien n’acheter. Nous y sommes revenus plus tard à cause de l’insistance de mon fils. Je viens d’aller faire un tour sur leur site et je dois dire qu’ils ont un sérieux effort à faire quant à l’offre de livres avec des personnages noirs. Alors, je lance un appel à Marmaille & Compagnie si par hasard vous passez sur mon blog : vos illustrations sont magnifiques ! Pensez à nos petits qui seraient ravis de se retrouver dans l’un de vos livres.

Voili, voilou ! Nous y avons passé environ 2h. J’étais tellement frustrée de ne pas avoir pu parcourir tout le salon que je me suis dit que j’y retournerai avant la fin. Ensuite j’ai pensé à mon portefeuille, puis je me suis dit que ma prochaine visite pouvait attendre l’année prochaine 🙂 Le plaisir de lire ça a un coût ! Et en plus, maintenant que j’ai acheté ces livres, il faut que je prenne le temps de les lire pour vous en parler donc pour l’instant c’est déjà pas mal.

J’ai une petite anecdote à vous raconter. Jusqu’à maintenant, lorsque j’achetais des livres, je ne parlais pas de mon blog car il n’était pas encore créé et alimenté. Au salon, sur la plupart des stands que j’ai visité, je farfouillais moi-même parmi les livres pour trouver mon bonheur. Sur l’un des stands, une vendeuse est venue me voir. Etant donné que le stand était immense, je me suis dit que j’allais effectivement lui demander de l’aide en lui parlant de mon blog. J’ai dit quelque chose qui ressemblait à « Bonjour, je suis en train de créer un blog sur la littérature pour enfant avec des livres dont les personnages sont noirs. Surtout des livres pour la petite enfance et donc avec beaucoup d’illustrations. Est-ce que vous en avez ? » J’ai vu dans le regard de la vendeuse que ma demande l’étonnait. Puis elle m’a aidé à chercher. Sa réaction, moi, ne m’a pas étonnée. Il est vrai que ma demande peut paraître « bizarre ». On peut se demander pourquoi je souhaite trouver des livres uniquement avec des personnages noirs. Donc, je comprends. Ma demande est spéciale. Mais les libraires se posent-ils cette question : que penseraient-ils, que ressentiraient-ils s’ils entraient dans un espace grand comme celui-ci et qu’ils n’y trouvaient que des livres dont les personnages sont noirs ? A méditer.

Alors à l’année prochaine SLPJ !

#lesetoilesnoires

4 réflexions sur “Salon du Livre et de la Presse Jeunesse, j’y étais !

    • Bonjour Caroline et merci 🙂
      C’est un sujet qui me tient à coeur !
      Juste un petit détail qui me fait sourire : vous avez écrit « nos chères têtes blondes ». Cette expression est courante et très fréquemment utilisée. Et justement, ne trouvant pas cette expression appropriée pour nos enfants noirs ou métissés, je l’ai empruntée et l’ai changée en « nos chères têtes crépues ». Il manque aussi de la diversité dans les expressions françaises 🙂
      Merci ! Et bonne continuation pour votre blog également ! Les sujets des mamans sont intarissables !!!

  1. Merci pour ces trouvailles qui nous permettront d’enrichir différemment les bibliothèques de nos petits bout!

Laisser un commentaire