Salon du Livre Jeunesse Afro-Caribéen : 2ème partie

salon-livre-jeunesse-afro-caribeen
Deuxième partie : Rencontre avec les éditeurs, libraires et conteuses.

En continuant mon petit tour au Salon du Livre Jeunesse Afro-Caribéen, je me suis dirigée vers les éditeurs, libraires et autres conteuses et chanteuses.

Teham éditions

J’ai eu le plaisir de faire la connaissance de Teham Wakam, responsable des éditions Teham. Nous avons échangé sur un sujet qui me passionne tout autant que la lecture et la littérature pour enfant : l’écriture (sinon pourquoi écrirais-je pour ce blog n’est-ce pas ?).

Teham Wakam m’a présenté le concours d’écriture « J’écris, je dis » organisé par les éditions.

Voici en quoi consiste le concours :

« J’écris, je dis est un concours d’expression écrite et orale ouvert à tous avec une catégorie spécifique Jeune constituée des filles et des garçons de 21 ans et moins à la date de clôture de l’envoi des textes. Chacun s’exprime par écrit, à l’oral sur le thème proposé pour l’édition en cours. Il se déroule chaque année et la proposition des textes a lieu du 1 janvier au 31 juillet. Une rencontre d’ouverture a lieu en février, une rencontre de lecture des textes en mai et une rencontre de clôture en octobre. À l’occasion des rencontres, les participants font une lecture publique de leurs textes. Chaque rencontre est rythmé par des intermèdes musicaux sur des sonorités africaines. »

(source : www.tehameditions.com)

Chaque année, à l’issue du concours, certain textes sont sélectionnés par un jury constitué de professionnels et d’amateurs. Les textes sélectionnés sont publiés dans un recueil. Les trois meilleurs sont primés et il y a également un prix spécial jeune.

indépendance teham editions unité teham editions solidarité teham editions

Les années précédant 2016, les thèmes du concours portaient sur : l’indépendance, l’unité et la solidarité. Ces trois recueils étaient en vente sur le stand.

J’ai totalement été séduite ! Moi qui aime tant écrire… Je n’avais jamais pensé aux concours d’écriture, d’expression écrite… C’est un peu comme la littérature ou l’Opéra… on se dit que ce n’est pas pour nous. Alors quelle magnifique idée !

J’ai acheté le recueil Solidarité paru en 2015 car le thème me touche énormément. Pour 2016, le thème abordé est celui de la paix, tellement d’actualité… Je compte bien y participer ! Que mon texte soit sélectionné ou non, primé ou non, ce sera déjà un immense plaisir pour moi d’écrire, d’être lue et jugée. J’ai d’ailleurs lu de très très beaux textes dans ce recueil, des talents cachés qui ne demandent qu’à émerger. J’encourage quiconque se sent l’âme d’un écrivain ou quiconque sent qu’il a des choses à dire (écrire) à participer à ce concours.

jecrisjedis_2016

Vous trouverez toutes les infos du concours sur le site www.tehameditions.com.

Editions Jasor

Un peu plus loin, me voici en voyage en Guadeloupe avec les éditions Jasor. Une table recouverte de livres pour enfant pour mon plus grand bonheur ! Je ne connaissais pas cette maison d’édition. Je n’en connais pas beaucoup quoi qu’il en soit, car je commence à repérer et recenser les maisons d’édition qui m’intéressent seulement depuis que j’ai ouvert le blog.

J’ai trouvé énormément de livres pour le blog sur ce stand et les thèmes sont très variés : une commère qui aime beaucoup les tartes, un jeune coiffeur roi des ciseaux et l’histoire de la route de l’esclavage de l’Afrique aux Caraïbes.

La personne qui représentait les éditions Jasor était très sympathique. Nous avons également échangé quelques mots. Je lui ai parlé de mon blog afin de suivre les sorties de livres susceptibles de m’intéresser. Il m’a alors informée que Mme Jasor serait présente au Salon du Livre Paris qui se tiendrait du 17 au 20 mars 2016 à la Porte de Versailles. Ca tombe bien, car je comptais m’y rendre.

La librairie Tamery

La librairie Tamery que j’affectionne tant était également présente. Je n’y ai fait qu’un petit tour car je possède déjà une très grande partie des livres pour enfant que la librairie propose tant je me ruine lorsque je leur rends visite 🙂

Enfin, étant donné qu’il ne me restait plus beaucoup de temps pour profiter du salon j’ai jeté un rapide coup d’oeil aux stand suivants :

La librairie 107. J’aurais voulu prendre plus de temps sur ce stand car il y avait également de nombreux livres éligibles à l’entrée dans la bibliothèque des Etoiles Noires. Malheureusement, je n’avais plus le temps pour lire les quatrièmes de couverture, feuilleter, me renseigner. Mais je note cette librairie et espère pouvoir y passer un jour.

Sur le stand MIR – Mouvement International pour les Réparations, j’ai fait l’acquisition du livre « Petite Afeni et La cause des réparations »Cet album illustré explique l’esclavage transatlantique et la nécessité des réparations en s’adressant aux enfants du monde entier à partir de l’école primaire.

– « Encore un livre sur l’esclavage », me direz-vous.

– « Il n’y en aura jamais assez », vous répondrai-je…

L’esclavage est un sujet important de l’histoire de l’Humanité. Elle ne fait pas à elle seule l’Histoire des noirs, des africains, des afro-descendants et heureusement ! Mais à l’instar de n’importe quelle histoire, tragédie, elle se doit d’être racontée. L’esclavage ayant été pratiqué (il l’est d’ailleurs toujours sous des formes différentes) sur tous les continents, chacun des pays touchés a sa manière de dire son histoire. « Petite Afeni » raconte celle de la Jamaïque.

Enfin, au risque d’être un peu en retard au rendez-vous qui suivait ma visite au salon, je me suis arrêtée au stand de Magguy Faraux, conteuse et chanteuse guadeloupéenne. Je ne pouvais partir sans m’être procurée un CD de comptines antillaises car je n’en ai pas à la maison. Ce fut chose faite !

Il y avait d’autres stands que je n’ai pas pu visiter : celui de l’écrivaine béninoise Iman Eyitayo, le stand de Cyril Gogo (auteur de « Notre corps nous appartient »), il y avait également des stands de créateurs de bijoux,…

Voir aussi : Salon du Livre Jeunesse Afro-Caribéen : Première partie : Rencontre avec les auteurs.

A suivre : Salon du Livre Jeunesse Afro-Caribéen : Troisième et dernière partie : La table ronde des auteurs et discussions entre visiteurs.

Laisser un commentaire