Le monde dans les yeux de mon enfant…

Dans les yeux de mon enfant, je voudrais que le monde lui ressemble.

Dans les yeux de mon enfant, je voudrais qu’il soit le héros du film. Pas seulement quand c’est Will Smith qui est à l’affiche, pas seulement quand on a besoin d’un noir pour jouer un rôle de noir mais parce que mon enfant c’est le monde et le monde c’est mon enfant… et tous les autres enfants.

Dans les yeux de mon enfant, je voudrais que les médias ne lui disent pas qui il est. Parce que mon enfant n’entre dans aucune case.

Dans les yeux de mon enfant, je voudrais que le monde qui l’entoure nourrisse ses rêves, ses ambitions, ses projets. Au lieu de ça, dans les yeux de mon enfant aujourd’hui, les rêves c’est pour les autres. Lui a droit à : la délinquance, la sauvagerie, l’exotisme où la réussite ne peut être qu’un accident ou tout au mieux une exception.

Dans les yeux de mon enfant, je voudrais que le monde lui ressemble. Que le monde ressemble à sa réalité. Cette réalité c’est : des inventeurs hommes et femmes de toutes origines (Lewis Howard Latimer, Dr. Patricia E. Bath…), des philosophes hommes et femmes de toutes origines (Anton Wilhelm Amo, Frederick Douglas…), des poètes hommes et femmes de toutes origines (Phillis Wheatley, Maya Angelou…), des peintres hommes et femmes de toutes origines (John Moody, Souleymane Ndiaye…), des héros hommes et femmes de toutes origines (Louis Delgrès, Harriet Tubman…), des chercheurs hommes et femmes de toutes origines, des médecins hommes et femmes de toutes origines (François Fournier de Pescay...). Sa réalité c’est le monde tel qu’il est en vérité mais tel qu’on ne le montre pas.

Non, mon enfant n’est pas une minorité.

Mon enfant n’est pas une exception.

Mon enfant n’est pas une option.

Mon enfant n’est pas exotique.

Mon enfant n’est pas prédestiné à quoique ce soit.

Mon enfant n’est pas un faire-valoir.

Mon enfant n’est pas le noir de service.

Mon enfant n’est pas cet « ami noir » qu’on a tous et à qui on dit souvent « Non mais toi c’est pas pareil ! »

Mon enfant n’entre dans aucune case.

Mais malheureusement dans les yeux de mon enfant, le monde ressemble au film Valérian :

  • un monde très beau et incroyablement vaste et diversifié
  • mais où pourtant « l’Occident » semble être le centre
  • un monde où le destructeur est l’homme blanc
  • mais où le héros, le sauveur est aussi l’homme blanc
  • un monde où les « autres » n’ont qu’un rôle secondaire
  • un monde où ceux qui vivent différemment sont considérés comme « sauvages, primitifs, n’ayant pas de langage et n’ayant pas droit à la vie pour certains »

 

 

 

Et parce que j’ai adoré le film Valérian, dans le monde de mon enfant, je voudrais que ceux qui racontent l’Histoire, que ceux qui réalisent les films, que les héros des films, que ceux qui créent les personnages de dessins animés, que ceux qui illustrent des livres, que ceux qui font rêver, que ceux qui motivent, que ceux qui inspirent, lui ressemblent, ressemblent à tous nos enfants, ressemblent au monde tel qu’il est vraiment.

Mais pour l’instant, dans les yeux de mon enfant, le monde c’est uniquement l’Occident…


Certains d’entre vous ne comprendrez peut-être pas mon propos. « Pourquoi voir le mal partout ? » me direz-vous. Je ne vois pas le mal. Je vois ce que vos yeux ne voient pas. Dites-moi, que voyez-vous ci-dessous ?

Une série ?

Une série ?

 

Le voilà mon propos. Dans nos esprits à tous, une série composée uniquement d’acteurs blancs est une série. Point. Elle représente l’universalité. Elle peut être regardée par tous et nous pouvons tous s’identifier aux acteurs.

Alors qu’une série composée uniquement d’acteurs noirs, doit être affublée d’un adjectif qualificatif : afro, afro-américaine. Car elle ne représente pas l’universalité mais la particularité, la singularité. On la pense réservée à une partie de la population, celle qui lui ressemble. Aux autres, il leur paraît difficile de s’identifier à ces acteurs.

Voilà le monde dans lequel vit mon fils. Un monde (des médias) où il est une particularité car ce monde ne lui ressemble pas.

4 réflexions sur “Le monde dans les yeux de mon enfant…

Laisser un commentaire