Dans la peau d’Audie

♥ Coup de coeur ♥

Résumé

A presque 30 ans, Sarah n’est franchement pas heureuse…

– Elle ne supporte plus sa chef et aimerait bien changer d’employeur

– Elle se sent à l’étroit dans son petit studio parisien et…

– Sa vie de célibataire commence sérieusement à lui peser !

D’autant plus que ses meilleures amies ont toute une théorie, peu réconfortante, sur le fait d’être toujours célibataire à 30 ans ! Fichue théorie qu’elles lui resservent dès qu’elles en ont l’occasion… Alors, quand sa mère, qui désespère de la voir mariée un jour, s’y met aussi, c’est le pompon ! Mais… Ce n’est pas la fin du monde d’ètre toujours célibataire à 30 ans et mème de le rester à vie, non? Alors, Sarah décide de prendre les choses en main en faisant preuve de plus d’audace. Pour cela, quoi de mieux que de se glisser… Dans la peau d’Audie?

Mon avis

Well, well, well… Comment dire… 296 pages de pur plaisir…

Les romans… en général, ce n’est pas mon truc. J’aime les biographies, les autobiographies, les histoires vraies, les faits historiques, ce qui signifie que, malheureusement, ce que je lis n’est, en général, pas très gai. (Heureusement qu’il me reste le développement personnel et les livres pour enfants ^^)

Mais là… j’ai été conquise et transportée.

À 36 ans, je ressens moi aussi le besoin de pouvoir m’identifier aux personnages des livres, films ou séries que je lis ou regarde. Je ne dis pas « Je ressens encore » ou « Je ressens toujours », mais  « Je ressens moi aussi ». « Encore » ou « toujours », ça signifierait que cela a été le cas avant et que cela continue, que c’est une constante. Or, ce n’est pas le cas. Comme beaucoup d’afro-descendants, enfant j’ai manqué de représentations noires dans la littérature et les médias. J’ai commencé à y remédier seulement vers l’âge de 30 ans. Et encore… j’ai surtout lu sur l’Histoire de l’Afrique et des Antilles, sur l’esclavage… J’avais (j’ai) soif de savoir. Mais il m’est arrivé d’avoir envie de lire des choses plus légères sans savoir où chercher.

Aujourd’hui, j’ai soif de cela.

Lorsque je cherche un film ou une série à regarder sur Netflix, il m’arrive de vouloir absolument que les protagonistes soient noirs. Parce que lorsque je vois une Kerry Washington dans Scandal ou une Jada Pinkett dans Girls Trip, il me plait de m’imaginer en avocate ingénieuse ou en femme délurée en voyage avec sa bande de potes. Et bien, avec son roman Dans la peau d’Audie, Chérifa a réussi cela.

Audie… ou plutôt Sarah… pendant toute ma lecture, Sarah c’était moi ! Cette belle jeune femme, trentenaire, talentueuse, intelligente, indépendante, drôle, assumée. Je trouve ça fou, le pouvoir qu’ont les livres de transformer les mots en images, les images en film et le film en une presque-réalité. C’est comme si j’y étais ! Grâce aux passages descriptifs de Chérifa, on s’imagine à la perfection les décors de chaque scène, les personnages, leur physique, leur caractère. Dieu qu’Alexander doit être beau !!!

Mais ce qui m’a plu et transportée ce n’est pas simplement le fait que Sarah soit une femme noire. C’est aussi tout le contexte.

  • Dans la peau d’Audie est un mélange du Diable s’habille en Prada,  de Coup de foudre à Manhattan et d’un soupçon très très light de Cinquante nuances de gris ^^. Une histoire fraîche, actuelle, réaliste qui parlerait à beaucoup de jeunes femmes trentenaires. De l’amour, des copines, de l’humour et de l’audace !
  • Le fait que les scènes se déroulent à Paris et région parisienne, ça me parle bien plus que si c’était New York ou Tokyo.
  • Et les personnages… les personnages !!! Ils sont d’ici et d’ailleurs : d’origine togolaise, réunionnaise, chinoise, nigériane… Certains ont des noms et prénoms à consonance créole, africaine, asiatique ou arabe : « Gwladys, Tidiane, Karima, Cheng, Najate, Monsieur Sasamba… » Ils ont des postes et des carrières qui font envie : « PDG de galeries d’Art, de société de transport privé… »
  • Certaines descriptions nous plongent dans un subtile univers « afro » : « tissu kenté, longs cheveux crépus, bon plat de frites d’igname et de bananes plantains, des tableaux représentant des paysages de capitales africaines,…»
  • Une comédie romantique à la sauce gombo parisienne !
  • Dans la peau d’Audie c’est aussi l’histoire d’une jeune femme trentenaire en paix avec l’affection qu’elle et sa mère se portent, loin des clichés des « mamas africaines indélicates et dénuée de sentiments ». Non. Elle et sa mère, se prennent dans les bras, s’inquiètent l’une pour l’autre et osent se dire qu’elles s’aiment.

Ce roman est drôle, frais, captivant et Chérifa manie à la perfection l’art du teasing (vous savez, comme la dernière scène d’une série télé ! Cette scène qui vous tient en haleine et vous empêche d’aller dormir à une heure raisonnable ^^ Et bien, là c’est pareil. On se répète : « Allez, juste un dernier chapitre ! » quand le chapitre qu’on finit de lire se termine par « – Et si nous reprenions là où nous nous sommes arrêtés vendredi ? » Impossible de fermer le bouquin !!!!

Et la petite touche qui va bien c’est que ce roman peut également servir de booster, de développement personnel pour avoir l’audace d’oser !

PS : Chérifa, s’il te plait, s’il te plait, s’il te plait… continue d’écrire… J’ai adoré ton roman. Tu auras tout mon soutien !

PS 2: Je lance un appel à Lucien Jean-Baptiste, Aïssa Maïga, Amandine Gay ou tout autre réalisateur.trice ! Nous avons besoin d’un film comme cela en France. Pitié, pitié, pitié ! Faites-nous une adaptation cinématographique !!!!


Pour quel public ? Adulte
Où ai-je trouvé ce livre ? Il s’agit d’un service presse. Vous pouvez trouver le livre en prévente sur  Leetchi (en le commandant sur Leetchi, Chérifa pourra vous le dédicacer ^^)
Je vous conseille aussi : Americanah
Editeur : Auto-édition
Prix : 13,99€

Laisser un commentaire