Comment aider son enfant à apprendre sa leçon de géométrie ?

 

 

 

 

Rien qu’à écrire le titre, je bous. Mon fils rentre de l’école ce soir et comme devoir, on lui demande « d’apprendre sa leçon de géométrie ». Je lui demande alors de sortir sa leçon et de la lire. A la lecture, je peux constater qu’il ne comprend pas ce qu’il lit : il bute sur les mots, il lit lentement, les phrases sont décousues. Je lui demande alors s’il comprend ce qu’il lit. « Pas tellement » me répond-il. Je lui demande de relire en essayant d’être attentif et que l’objectif de cette lecture est de pouvoir ensuite m’expliquer sa leçon avec ses mots.

Il relit puis je lui pose des questions, dont les réponses sont malheureusement à moitié fausses. Je lui explique avec mes mots : « Toi, tu t’appelles L. C’est ton nom. Le nom de ce segment c’est AB et quand on écrit le nom d’un segment, on l’écrit entre crochets comme cela [AB]. C’est comme si on mettait ton prénom à toi entre crochet. Les crochets indiquent que le segment a un début et une fin matérialisés par deux points A et B, ce qui est différent d’une droite. La droite est infinie. »

« Tu as compris ? »

« Oui », me répond-il.

« Alors relis ta leçon, puis je t’interroge à nouveau »

Il relit, je l’interroge, mais les réponses sont de nouveau approximatives. L’agacement se fait sentir chez moi. J’ai l’impression d’être agacée parce qu’il répond mal mais en m’interrogeant un peu plus profondément, j’analyse que je suis agacée car je suis en colère contre les méthodes d’apprentissage de l’école. « Non mais sérieux ! Comment on peut vous faire apprendre une leçon de géométrie en lisant un truc imbuvable comme ça ?! Une leçon de géométrie ça ne s’apprend pas ! ça s’expérimente ! »

Je décide alors de laisser tomber la leçon (écrite). J’ai pu analyser que mon fils était très auditif, visuel et kinesthésique. Pour apprendre il a besoin d’entendre, de voir, de bouger, d’expérimenter avec le corps. Et une bonne manière de s’assurer qu’une leçon est comprise c’est de demander à son enfant de nous expliquer ce qu’il a compris et si la matière est une matière manuelle également, il est judicieux de faire des manipulations. Aussi, expliquer ce que l’on sait, le partager est aussi un moyen de réactiver et renforcer l’apprentissage en question.

Place alors à Youtube ! Je cherche une vidéo de la leçon à apprendre et je tombe sur celle-ci : ici. Je demande à mon fils de la regarder plusieurs fois et quand il pense être capable de m’expliquer, il arrête et il m’explique. En moins de temps qu’il m’en faut pour vous l’écrire, mon fils avait compris sa leçon, il a su me l’expliquer d’un trait, sans hésiter et avec enthousiasme ! Son visage s’est éclairé !

Il était en train de manger à ce moment-là et se trouvaient sur la table deux bouteilles d’eau de même format. Je vaquais déjà à d’autres occupations quand tout à tout j’entends  » regarde maman, cette bouteille-là c’est le point A, cette bouteille-là c’est le point B, comme elles sont parfaitement alignées, dans le miroir on n’en voit qu’une ! Et si je mets une ligne au milieu c’est comme si c’était un segment ! »

J’étais émerveillée de voir la rapidité avec laquelle il avait compris sa leçon en changeant juste la manière de la lui faire apprendre et expérimenter (vous noterez qu’il a expérimenté tout seul d’ailleurs). Les enfants ne demandent que cela : apprendre et expérimenter. C’est naturel chez eux. Toucher, parler, expliquer, questionner, voir, entendre, bouger tout cela participe à leur apprentissage.

Dans ma formation en psychopédagogie positive, nous avons pu expérimenter plusieurs outils permettant de se servir des 5 sens (disons plutôt de 3 sens : la vue, l’ouïe et le toucher car nous n’avons pas utiliser le goût et l’odorat mais c’est tout à fait possible). Nous avons appris à repérer les préférences d’évocation d’une personne : si elle utilise plutôt la vue, l’ouïe (interne ou externe d’ailleurs c’est-à- dire si elle se parle à elle-même ou si elle réentend la voix de la personne qui a parlé) ou son corps ou plusieurs préférences à la fois.

Depuis, j’aide beaucoup mon fils à apprendre à apprendre. Je lui demande de m’expliquer ce qu’il se passe dans sa tête quand il doit apprendre et réciter une poésie, tracer une forme géométrique… Par exemple, mais ça je l’avais compris depuis longtemps grâce à une lecture, je n’empêche plus mon fils de bouger pendant qu’il fait ses devoirs, il en a besoin ! Nous nous sommes même équipés d’un ballon de gym qui a remplacé sa chaise de bureau (c’est moi qui l’utilise) et sa chaise fixe pour le petit déjeuner. Il prend son petit déjeuner assis sur son ballon. Un autre exemple, au lieu de m’agacer lorsque mon fils ne me regarde pas dans les yeux lorsque je lui explique quelque chose, je lui demande de me répéter ce que je viens de dire. Souvent, je suis surprise de constater qu’il a bien entendu et retenu.

Une fois les devoirs finis, je lui ai dit « Je vois que c’était plus facile d’apprendre avec la vidéo non ? » Puis je blague : « A l’école, ils feraient mieux de vous donner comme devoirs « Regarder telle vidéo sur Youtube ! »

Cette remarque est bien évidemment à moitié vraie, car les enfants (et les ados et les adultes^^) fonctionnant tous différemment, pour certains la vidéo sera le meilleur moyen pour retenir une leçon et pour d’autres ce sera autre chose. Ce qui serait donc formidable de la part des professeurs c’est de tenir compte de ces trois façons d’évoquer dans sa tête, de percevoir, de retenir et de restituer afin d’offrir trois manières différentes aux élèves d’apprendre une même leçon : donner un texte à lire, suggérer une vidéo à écouter et regarder, les inviter à expliquer ce qu’ils ont compris à leur entourage (parents, soeurs, frères, amis) et proposer d’expérimenter non pas sous forme de devoirs en leur demandant de tracer des segments mais sous forme ludique avec des objets de tous les jours. On trouve tellement d’ouvrages proposant plein d’idées sur ces sujets qu’il est selon moi facile de s’en saisir.

En résumé, voici les conseils que je pourrais vous donner pour tenter d’aider votre enfant (je dis bien TENTER, car on peut ne pas pouvoir, ne pas vouloir, ne pas avoir le temps, les moyens, l’enfant peut rencontrer des difficultés autres etc) :

– Mettez votre enfant en projet. Qu’est-ce que c’est ? C’est énoncer clairement l’objectif de la tâche que vous donnez à votre enfant. Quand on demande à un enfant d’apprendre une leçon, s’il ne sait pas ce que l’on attendra de lui, il peut « apprendre » sa leçon de la mauvaise manière ou en tous les cas, il peut l’avoir apprise d’une manière qui ne lui permettra pas ensuite de la restituer comme vous vous y attendez (c’est ce qui peut être source de mauvaises notes, les enfants ne savent pas à quelle sauce ils vont être mangés lors du contrôle sur table). Donc vous pouvez dire à votre enfant « Ce que j’attends de toi, c’est que tu puisses m’expliquer ta leçon avec tes propres mots »

– Au préalable (mais ça c’est à faire le plus souvent possible, même en dehors des devoirs), il serait très aidant d’avoir identifié les préférences d’évocation de votre enfant : est-il plutôt visuel (il a besoin de voir, il a des images dans la tête) ? auditif  (il entend et réentend extérieurement à lui) ? verbal (c’est sa propre voix qu’il entend, il se parle intérieurement) ? kinesthésique (il utilise ses mains pour ancrer, pour se souvenir, il a besoin de bouger) ?

Diversifiez les manières d’apprendre une même leçon : lire un texte, l’apprendre par coeur, expliquer à quelqu’un ce qu’on a compris, regarder et écouter une vidéo

Réactivez sa mémoire. Deux jours après avoir appris sa leçon, demandez à votre enfant de vous expliquer à nouveau ce qu’il a compris et retenu. S’il bloque. Rassurez-le en lui demandant de juste vous dire une seule chose qu’il a retenu même la plus petite chose. Après cela, félicitez-le de s’être souvenu d’au moins une chose, cela lui donnera confiance dans sa mémoire et invitez-le à reprendre sa leçon (la relire, revisionner la vidéo, ce qu’il préférera).

Dites-moi en commentaire si cet article vous a été utile ? Si vous pensez mettre en place certains des conseils ? Si vous y êtes arrivés ? Si vous rencontrez des difficultés ?

PS : Dans un autre article, je vous parlerai de la carte mentale qui apparaît sur la photo et dont nous nous servons aussi très souvent pour ses leçons (et moi aussi je l’utilise beaucoup à différentes fins et je suis littéralement fan !)

Je vous conseille aussi : Mathématiques et Intelligences multiples : comment aider son enfant à apprendre ses tables de multiplications ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *